Le renard sonné. (Juin 2013)

Il y a quelques mois, une jeune artiste anglaise, Adèle Morse, fait le vide dans son grenier. Tombant sur une œuvre qu’elle a créée quelques années auparavant, elle décide de la mettre en vente sur e-bay, au prix de départ de 20 livres. L’objet connaît un succès inattendu et se vend, finalement, pour cent fois plus, à un disk-jockey anglais. L’œuvre trouva encore un autre public. Les Russes, trouvant la photo de la création d’Adèle Morse sur l’internet, s’emballèrent, reproduisirent l’image, la diffusèrent autour d’eux, l’intégrèrent dans toutes sortes de créations – caricatures, films, affiches – et invitèrent la jeune artiste et l’acheteur de son travail chez eux, en Russie. L’objet fut montré dans des boîtes de nuit, exposé dans des musées, promené à travers le pays.

De quoi s’agissait-il ? D’un renard empaillé, au regard vide, marquant le rêve dont on s’éveille, l’étonnement que l’on éprouve à voir le monde tel qu’il est, la stupéfaction d’être là où l’on est. La création d’Adèle fut aussitôt nommée le renard sonné (« stoned », c’est-à-dire drogué, dopé). Hébété ? Non, dit un commentateur russe, plutôt dans de profondes méditations!

Le simplet a toujours occupé sa place dans la mythologie européenne, siècle après siècle : Don Quichotte, qui combattait les moulins et défendait une pauvre fille de ferme croyant être un chevalier protégeant l’honneur de sa belle, était un simplet qui fit rire toute l’Europe. Les aventures de Simplicius Simplicissimus (de Grimmelshausen) promenèrent leur héros, autre simplet, parmi les abominations de la guerre de Trente Ans, laquelle ravagea l’Europe centrale, réduisant sa population de moitié. Dans Candide, plus tard, Voltaire fit rire d’un innocent à qui l’on voulait faire croire que Dieu faisait toujours pour le mieux. Et ainsi de suite.

Les peuples, eux aussi, ont la capacité de rire de leurs malheurs et de l’absurdité qui ronge leurs existences, à preuve ce dont les Russes ont fait du renard sonné, le plaçant, hébété (ou méditant !), à côté du cadavre de Lénine, le faisant accompagner le président Putin, ou illustrer ironiquement une nouvelle loi promulguée par le premier ministre Medvedev sur l’alcoolisme. Ainsi la création comique d’Adèle fut-elle exaltée au niveau des grands hommes qui firent, et continuent de faire, le malheur de leur pays ! Un homme qui ne comprend rien à rien (ou un renard sonné) vaut peut-être mieux qu’un homme qui a pour prétention de modeler l’histoire.

Le héros du roman de Jerzy Kosinski, Being there (Mr Chance) (Hal Ashby en fit un film, le dernier de Peter Sellers), a passé sa jeune vie dans un seul jardin, dont il avait la garde. Son horizon : le jardin ; sa science : le jardin ; son souci : le jardin. Expulsé de son monde, recueilli par une milliardaire amie du Président des USA, il devient le conseiller de celui-ci et le candidat probable aux prochaines élections présidentielles. « Que pensez-vous de la crise économique que nous connaissons en ce moment ? » – « Eh bien, répond le jardinier naïf, il y a le printemps, l’été, l’automne et l’hiver. Cela se reproduit chaque année ». – « Brillant », murmurent le Président et sa cour. La presse applaudit, estomaquée. Oui, le renard sonné remue sans doute en lui de profondes pensées : respectons-les !

Il est donc recommandé de repérer les simplets autour de soi, de recueillir leurs pensées, de répandre leur sagesse, de les pousser aux plus hautes positions. Vive les simplets ! Vive le renard sonné ! Car qui peut vraiment comprendre le monde dans lequel nous sommes ? Qui peut éviter de tourner vers ce qui nous entoure aujourd’hui un regard stupéfait ?

Publicités
Cet article a été publié dans D'Ailleurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s